Roman

Endogirl : le nouveau roman de Delphine Lecastel.

Il y avait longtemps que je n'avais pas pris la plume pour vous conseiller la lecture d'un roman. Manque de temps, manque d'inspiration ou les deux, sans doute. Mais me revoilà aujourd'hui sur le blog d'@BCé-lignes pour vous présenter Endogirl, le nouveau roman de Delphine Lecastel.

« Endogirl » est un nom de super-héroïne. C’est l’histoire de Camille, qui apprend qu’elle souffre d’une forme sévère d’endométriose. C’est une maladie gynécologique chronique, qui touche une femme sur dix en âge de procréer.

Voici le « pitch » du livre, que m’a confié l’auteure :

« Alors qu’elle pensait que le pire était derrière elle, Camille apprend qu’elle est atteinte d’une forme sévère d’endométriose, une maladie gynécologique aux effets souvent dévastateurs qui n’est encore qu’aux prémices de la recherche. Farouchement opposée à cette idée, elle va devoir apprendre à accepter l’aide qu’on lui apportera et qu’elle ne sera pas en mesure de refuser. Blessée dans son orgueil de femme forte et indépendante, elle ira jusqu’à se démunir de tout ce qui lui est cher… »

Endogirl photo couvDelphine a écrit ce livre dans le but d’aider toutes les femmes atteintes par ce fléau : maladie féminine numéro un. Encore mal diagnostiquée, elle commence néanmoins à être enfin reconnue. Ce roman vise à montrer la quête de reconnaissance de toutes ces femmes et à les aider à sensibiliser sur les nombreux symptômes et séquelles de l’endométriose.

Le sujet est l’endométriose, mais le récit de Delphine est un roman racontant l’histoire de Camille, depuis son adolescence, avant même qu’elle n’apprenne le mal dont elle souffre. Ses études, sa formation d’écrivain public, sa passion pour le violon, ses désillusions, ses combats, jusqu’au plus important : l’endométriose.

J’aime ce récit parce qu’il est écrit comme un roman et non comme un compte-rendu médical. Il est agréable à lire, touchant sans être larmoyant, très compréhensible même si l’on ne connait pas la maladie dont il traite.

Je le conseille pour les lecteurs cherchant un roman, un témoignage, un avis sur la maladie, ou une explication de ce fléau que Delphine appelle le « cancer qui ne tue pas ».

 

Photo delphinePage Facebook : https://www.facebook.com/endogirllivre/?fref=ts

Où acheter Endogirl : http://www.thebookedition.com/fr/endogirl-p-347501.html

L’autre livre de Delphine Lecastel :

Avant Endogirl, Delphine avait écrit Relooking en 7 étapes, aux éditions Vuibert. Il s’agit d’un livre de coaching pour changer de look afin de rebooster le mental.

 

Au boulot, Chômette !

Au boulot, Chômette !

Couverture chomette 1Je prends la « plume » aujourd'hui pour vous parler d'un livre que j'ai lu il y a 14 mois. Alors oui, bien sûr, première question : « Mais Céline, pourquoi avoir tant attendu ? » La réponse, je ne l'ai pas vraiment.

Quoi qu'il en soit, j'en parle maintenant, car ce livre a pris son essor tant mérité. Au départ en auto-édition, il a trouvé cette année un éditeur et suit son petit bonhomme de chemin.

 Puisque je connais l'auteure (que j'adore, fermez la parenthèse), je suis ses aventures et chaque étape de son ascension m’épate et me remplit de joie. Car elle le mérite.

Son auteure, c’est Alexandra Le Dauphin (je vous mets une photo de sa frimousse ci-dessous), une consoeur que je connais depuis quelques années.

Les médias l’ont repérée, les lecteurs sont là, preuve de la qualité de cet ouvrage.

Dedicace chomette begles cultura 11

Trêve de bavardage, je vous copie d’abord le « pitch » qu’Alexandra m’a confié, puis je vous dirai ce que je pense de ce livre… sans tout dévoiler - ;)

« Chômette, c’est cette trentenaire dynamique à la recherche d’un travail. Elle vous ressemble : Pôle Emploi lui propose parfois des emplois loufoques ; ses entretiens d’embauche s’avèrent souvent déstabilisants. Pourtant, elle avance et cherche à se garer sur le parking de l’emploi. Manque de chance, toutes les  places sont prises.

La première partie du livre traite des galères de la recherche d’emploi alors que la seconde évoque l’auto-entreprise et les moyens qu’a un petit entrepreneur d’être visible et de créer son réseau.

Le fil conducteur ? L’humour !

« Au boulot, Chômette ! » prône un ton décontracté pour mieux encourager les chômeurs et leur montrer que la lumière est finalement au bout du tunnel. Mais avant de s’en imprégner, il va falloir traverser un long couloir obscur où les obstacles ne manqueront pas de déstabiliser le demandeur d’emploi.

Mais Chômette n’a pas dit son dernier mot… »

 

Je vous situe le contexte de ma lecture : Avril 2013, une semaine inattendue de soleil et de chaleur. Je prends ma Chômette sous le bras, et je vais au parc. Je commence à lire… et je ne vois pas le temps passer. Arrivée à la moitié du livre, j’envoie un texto à Alexandra qui disait à peu près ceci « En direct du parc, au soleil, en compagnie de Chômette, je me régale, merci Alex pour ce bon moment ». Et, bien sûr, j’y suis restée plus de deux heures et j’ai pris un coup de soleil. Peu importe.

Gardant la suite pour plus tard, je rentre à la maison. Mais, comme le verrez en le lisant, impossible de résister à Chômette. Je l’ai donc terminé le soir !

Maintenant, je vais vous dire pourquoi : ce livre est écrit en petits chapitres assez courts, avec un rythme dynamique et enlevé, jamais neutre, toujours pétillant. L’adjectif « pétillant » peut parfois dire « oh ben elle est bien mignonne, hein, elle pétille » ; c’est gentil, parfois un peu péjoratif. Mais pas là. Ah non ! Là, ça pétille « pour de vrai »… Quand on termine un chapitre, on a un grand sourire, on se dit « elle l’écrit sur le ton de la plaisanterie, mais c’est tellement vrai » et, forcément, on lit le chapitre suivant, et le suivant, et le suivant… on aime son humour, on en redemande… et je n’attends qu’une chose, moi, c’est lire la suite des aventures de Chômette !

 

Procurez-vous Chômette sans plus attendre :

http://livre.fnac.com/a6975176/Alexandra-Le-Dauphin-Au-boulot-chomette

http://www.amazon.fr/boulot-chomette-Alexandra-Tressos--dauphin/dp/2875570854/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1403377503&sr=1-1&keywords=au+boulot+chomette

 

Mortelle Tutelle : Un livre de Rodolphe Fontaine En auto-édition

Mortelle Tutelle :

Un livre de Rodolphe Fontaine

En auto-édition

 

J’ai lu « Mortelle Tutelle » d’une traite. Un jour de long voyage en train. J’avais pris du travail et mon ordinateur portable, j’avais pris aussi d’autres lectures, « au cas où », ne sachant pas encore ce que j’aurais envie de faire au cours de ce voyage. Rodolphe a décidé pour moi : je n’ai fait « que » lire son livre !

 

Je plante le décor : « Mortelle Tutelle » c’est une histoire d’enquête… une enquête d’un genre spécial, dans un contexte original. Je n’avais jamais lu une histoire qui se passait dans le Monde de la Tutelle, je n’avais même jamais imaginé un tel scénario…

Voici le résumé que Rodolphe Fontaine fait de son livre, ensuite je donnerai mon avis…

« Délégué à la tutelle depuis quelques années, Romuald Ferrand hérite, un matin de février, du dossier de Margaux de La Source. La jeune femme vient d’être placée sous tutelle suite à une tentative de suicide, conséquence directe de la mort de ses parents dans des circonstances étranges. L’exercice de cette mesure de protection ne semble à première vue pas bien compliqué, mais Romuald va rapidement se mettre à douter. Sa nouvelle protégée est-elle réellement celle que les psychiatres décrivent ? Et ses parents, se sont-ils vraiment suicidés ? Et quel rôle joue cette soi-disant secte installée depuis peu sur la propriété familiale des de La Source ?


Romuald perd peu à peu ses repères, Margaux le perturbe un peu plus à chaque instant. D’autant plus qu’il ne peut s’empêcher en la regardant de penser à Flo, l’amour de sa vie… Romuald commence alors à prendre des risques, à outrepasser ses pouvoirs de tuteur. Il se met en danger. Mais le jeu en vaut-il la chandelle ?
 »

 

Maintenant, mon avis…

L’intrigue m’a plu dès le début. Les chapitres s’enchaînent avec leurs lots de suspens et de questions en suspens. Je suis restée en haleine jusqu’au bout. Le style est fluide, le livre se lit vite et plutôt facilement. J’aime le rythme donné par l’auteur, à deux bémols près : un début un peu plus lent que le reste du roman, notamment dans les descriptions du lieu de travail des personnes déléguées à la Tutelle, qui me paraissaient un tout petit peu longues (mais au moins, le décor est planté correctement), et une fin, au contraire, un peu courte et rapide… En fait, je pense que j’en réclamais encore !... Cette histoire est originale, captivante. Le héros, avec ses défauts qu’on aime autant que ses qualités, est très attachant. La fin dévoile tout le sens du titre donné à ce livre.

Bref, je recommande ! Je recommande très sincèrement…

 

Depuis, Rodolphe a continué à écrire, et je languis, je vous l’avoue, de découvrir très prochainement si je le peux, « Nostalgie, quand tu nous tues »… Je reviendrai sans aucun doute, donc, vous parler de Rodolphe Fontaine, et de son art du suspens…

Vous pouvez le suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/rodolphe.fontaine1

Et commander Mortelle Tutelle par ici : http://www.thebookedition.com/mortelle-tutelle-de-rodolphe-fontaine-p-29301.html

 

 

Rodolphe Fontaine

rodolphe.jpg

Photo Yann Cielat, photographe.

 

 

Mon coup de cœur de l’automne : Triptyque, de Cathy Borie Aux éditions Kirographaires

Mon coup de cœur de l’automne :

Triptyque, de Cathy Borie

Aux éditions Kirographaires

 

 triptyque.jpg

Je voulais lire ce livre depuis longtemps. Je l’avais mis sur ma liste « à découvrir » et, sincèrement, je suis ravie de l’avoir fait !


Ce concept très original m’attirait, je voulais savoir ce que donnait un tel « triptyque », qui est un livre en trois temps :

Il commence par un tiers de récit sous forme de journal intime, puis le deuxième est une scène de pièce de théâtre et, enfin, le dernier tiers est un récit normal, écrit comme un roman à la troisième personne. Ce n’est pas la même histoire narrée trois fois de suite différemment, chaque tiers est vraiment un tiers de l’histoire, et très sincèrement chaque style d’écriture tombe à un moment propice dans l’histoire, c’est un enchaînement excellent.

La scène de théâtre, au milieu, est un régal. Plutôt que de raconter ce dialogue entre trois personnes dans son journal comme au début du livre, la livrer telle une pièce est une très belle idée. J’ai adoré le style du dialogue, la rapidité des répliques. La complicité entre les trois personnes est « palpable ».

 

Que dire de l’histoire ?

Cécile a 50 ans, elle a un fils de 29 ans. Pour des raisons inexpliquées et, au départ, futiles, elle échange son adresse mail avec le meilleur ami de son fils, du même âge… S’ensuivent des envois de mails de plus en plus réguliers, de plus en plus longs, de plus en plus suggestifs. Elle tombe amoureuse. Banal, me direz-vous ? Pas tant que cela. Car, dans ce livre, ce sont les émotions et les réflexions de Cécile qui sont les héroïnes. Elle se livre dans son journal, de manière tantôt pudique, tantôt moins. Suivre l’évolution de ses sentiments est un vrai bonheur.

Le dialogue écrit en scène théâtrale est une conversation qui se déguste sans poser le livre, impossible ! L’une joue l’avocat du diable, l’autre lance des citations sans arrêt, tout cela pour répondre aux questions d’une Cécile scrupuleuse, qui cherche toutes les raisons de ne pas laisser libre cours à son amour naissant.

Enfin, la troisième partie nous emmène en voyage… en voyage en Corse et, en même temps, en voyage dans les sentiments amoureux, les espoirs, les doutes, la beauté de la jeunesse de son fougueux amant (bien mature pour son âge). Je ne vous dis rien de la fin… Car elle réserve son lot de surprises ! J’ai cru par deux fois que l’histoire finirait de telle ou telle manière et, dans un art qu’elle maîtrise à merveille, Cathy m’a encore étonnée, terminant par une troisième option que je n’avais même pas envisagée.

 

En résumé !...

Car je parlerais des heures de ce livre, que j’ai dévoré ! Mais il ne faut pas trop en dire… Cathy Borie a un talent indéniable, une écriture magnifique. Belle et fluide. De telles phrases, qui savent décrire parfaitement un sentiment, un dialogue, ou encore un paysage, je n’en avais pas lu depuis très longtemps, surtout dans les livres contemporains. Le livre est court, j’en redemande ! 80 pages à lire sans pause, je l’ai lu d’une traite. Se régaler de la sorte en lisant, moi j’aime autant ça qu’un week-end découverte dans un beau pays, sincèrement ! Je vais m’empresser de lire tous les autres livres de Cathy… et je vous laisse découvrir ci-dessous sa biographie…

 

Coup de cœur de l’automne @BCé-lignes : Cathy Borie « Triptyque », aux éditions Kirographaires.

 

Biographie :

Cathy Borie a été enseignante dans une première vie. Elle n’a cependant jamais cessé d’écrire, et s’adonne depuis une dizaine d’années exclusivement à cette passion.

Écrivaine publique et auteure, elle a publié deux recueils de nouvelles, Femmes, fêlures et folies chez Le Manuscrit et Vies en vrac chez Edilivre, puis deux romans, La perte et Qui cherche la lune.

Auteure de contes pour enfants pour le site pataglou.com, elle anime également des ateliers d’écriture. Après avoir achevé son troisième roman, Triptyque, édité chez Kirographaires,  elle s’est lancée dans une nouvelle aventure, l’écriture de pièces de théâtre, dont la première, Ciel rouge le soir,  est publiée aux Editions Les points sur les i.

Chez le même éditeur, elle a écrit un recueil de témoignages, « 18 ans…Et après ? » et un autre est en cours de publication, intitulé « Il était une (première) fois ».

http://porteplume2a.jimdo.com/

http://www.i-editions.com/catalogue/auteurs/?id=75

http://www.edkiro.fr/triptyque.html

 

 

 

 

 

Trilogie Éva Miller : Par Élodie Morgen En autoédition

Trilogie Éva Miller :

Par Élodie Morgen

En autoédition

 

Qui est Éva Miller ?

C’est Une jeune femme de 23 ans, sortie de l’imagination d’une auteure encore plus jeune qu’elle…

Éva Miller vit avec un esprit de vengeance, comme une volonté de combattre un affront qu’elle a reçu de plein fouet. Cette volonté lui permet de braver tous les dangers et de traverser des épreuves difficiles, bordées de mensonges et d’impostures à surmonter.

Éva Miller a un sérieux problème : elle est condamnée à devenir elle-même son pire cauchemar…

 

Trilogie :

A ce jour, deux des trois tomes de cette Saga fantastique sont publiés.

Le premier tome, intitulé « De l’autre côté » est sorti en 2011. Il plantait le décor dans une première novella aux ambiances proches de l’univers d’Anita Blake et de Rebecca Kean. On y découvre une Éva Miller qui se transforme en ce qu’elle n’aime pas, afin de venger la mort de son père. Un premier volet captivant, qui faisait attendre le deuxième tome avec impatience.

C’est chose faite cette année, avec la sortie d’ « Emerys », qui ajoute de l’action et du suspens supplémentaire, nous gardant en haleine pour le troisième tome. Cette deuxième novella comblera les fans de créatures surnaturelles.

 

elodie-eva-miller.jpgL’auteure :

Élodie Morgen a 21 ans. Elle est tellement dynamique qu’elle mène plusieurs activités de front : jeune infirmière, romancière, poétesse (depuis ses onze ans !), elle gère en plus un forum d’aide aux jeunes auteurs. Lorsqu’elle se lance dans le fantastique, en 2010, elle connait malheureusement le grand chagrin de perdre sa maman, qui l’a toujours encouragée. Raison de plus pour elle de tout faire pour éditer sa trilogie, aidée par l’association alsacienne « Auxilivre », et via l’autoédition.

http://elodie-morgen.e-monsite.com/
http://www.auxilivre.fr/commande/page1.html

 

« Zil, lui et ma Mémoire » Aux éditions Edilivre Par Maloja.G

« Zil, lui et ma Mémoire »

Aux éditions Edilivre

Par Maloja.G

 

Ce livre est le premier tome d'une trilogie fantastique, en vente depuis le 6 août dernier sur Internet, via des sites tels qu'Amazon ou Rue du Commerce, entre autres. En à peine moins de deux mois, ce sont pratiquement 150 exemplaires qui ont déjà été vendus. Chiffre plus qu'honorable pour cette maison d'édition, et une jeune auteure encore peu connue.

 

Ce premier tome fait voyager le lecteur dans un univers extraordinaire, peuplé de créatures magiques et improbables, principalement des sorcières. L'héroïne, Zina, est une trentenaire, évidemment dotée de pouvoirs magiques. Une partie de sa mémoire disparaît lorsque le danger les frappe, elle et ses deux filles.

A la lecture de ce roman, vous serez transporté dans les méandres d'amours interdites, de passion et d'intrigues en tous genres. Zina va devoir accomplir un destin : sauver ses filles, mais aussi l'humanité. Elle est une héroïne meurtrie, blessée, notamment par le décès de sa grand-mère.

Une ressemblance avec son auteure ? Probable...

Maloja.G est un nom de plume, inspiré pour cette auteure de 27 ans, des prénoms mêlés de ses enfants. Elle écrit depuis ses 15 ans, laissant germer dans sa tête depuis tout ce temps l'histoire de Zina. Le style fantastique est pour elle le monde de tous les possibles. Elle aime que tout soit permis, et elle en joue magnifiquement. A qui est dédié ce livre ? A sa grand-mère, femme admirable, qui l'a élevée, et qui est partie trop tôt. Comme celle de Zina. Avec l'espoir que, là ou elle est, elle est très fière de sa petite-fille.

Quand on lui demande de parler d'elle, et de sa passion de l'écriture, Maloja.G vous répond : «  J'ai toujours eu cette passion, ce rêve d'emmener avec le pouvoir des mots des lecteurs dans mon univers et mon imaginaire. Plus jeune je disais "je veux être maman et écrivain"! Aujourd'hui mes deux souhaits sont réalisés et je le dois à mes proches en particulier, dont celui qui m'a donné le goût de lire et écrire des histoires fantastique, mon frère Siam. »

bettina-zil.jpg

A mon sens, une auteure qui mérite d'être découverte. Un premier tome très abouti, pour un premier roman de cette importance. Un beau vrai challenge, relevé avec culot, pour se lancer dans une trilogie, qui tient la route. Je sais que le tome 2 est en cours d'écriture, et que les grandes lignes du tome 3 sont déjà couchées sur le papier. J'en salive d'avance... Si vous voulez en savoir plus sur « Zil, lui et ma Mémoire », visitez le site officiel, créé par l'auteur elle-même : http://zildemalojag.jimdo.com/?logout=1 

Projet Chrysalide : Un roman haletant de Stéphanie Chaulot aux éditions Kirographaires

Projet Chrysalide :

Un roman haletant de Stéphanie Chaulot

aux éditions Kirographaires

Dans le cadre de ma fonction de directrice d'ouvrage pour les éditions Kirographaires, j'ai eu l'occasion, que dis-je, la chance, de m'occuper de la relecture de ce roman. Son auteure est une jeune femme pleine de talent, que j'ai le privilège de côtoyer de temps à autre, en-dehors de ce travail que nous avons effectué ensemble.

Travail plutôt agréable, il faut bien l'admettre. Car ce livre est un vrai bonheur à lire !

 

Je vous présente ci-dessous la quatrième de couverture de « Projet Chrysalide » :

« Une jeune femme se réveille dans un hôpital en plein chaos. Qui est-elle ? D’où vient-elle ? Elle ne le sait pas. Un policier est chargé de l’enquête. Un dossier simple et banal qu’il va régler rapidement. Du moins, c’est ce qu’il pense… jusqu’à ce qu’il se retrouve nez à nez avec une photo, portrait craché de son inconnue, mais datant d’il y a 20 ans ! S’agit-il d’une mauvaise farce ? Poursuivi et menacé, il sombre peu à peu dans la folie. Désormais la seule chose qui peut le sauver est d’accepter l’incroyable… Et vous ? Êtes-vous prêt à croire à une théorie impossible ?

Après Et puis recommencer… un premier roman réaliste, Stéphanie Chaulot, écrivain public et co-fondatrice de l’association humanitaire Objectif Mada, nous plonge dans une histoire policière teintée de fantastique. »

Et maintenant, mon avis personnel :

« Projet Chrysalide » s'inscrit pour moi dans la lignée des romans policiers très actuels, mêlant de manière harmonieuse et efficace une enquête policière au style fantastique très bien maîtrisé, à un début d'histoire d'amour pudique et discret. Cette histoire de sentiments naissant entre les deux protagoniste est placée au second plan, ce qui permet de ne pas bouder notre plaisir de suivre cette enquête haletante. On ne s'ennuie pas une seconde, l'histoire tient la route, elle est totalement « crédible » dans le Fantastique bien sûr, on n'oublie pas que « tout est relatif »...

Je conseille, j'insiste, je suis sûre que pour les passionnés du style, ça fait « mouche » !

Et je vois très très bien « Projet Chrysalide » devenir... un film !

 

projet-chrysalide-une.jpghttp://www.edkiro.fr/projet-chrysalide.html



Aux éditions Kirographaires : Entre parenthèses

Aux éditions Kirographaires, pour lesquelles je travaille... J'ai rencontré l'une de mes meilleures amies...

24.png

Cathy Bohrt est auteure, mais aussi écrivain public, biographe, rédactrice, tout comme moi. Enfin, à une exception près, toutefois : elle a déjà publié son premier roman, elle !... Si je suis jalouse ? Ah ben non, alors ! Je suis heureuse pour elle et très admirative de sa plume... Je plante le décor du livre :

"Rachel est une trentenaire dans l’air du temps : entre son divorce, l’éducation de ses trois enfants, son job aux horaires impossibles et ses soirées entre copines, difficile de tout concilier. Et quand l’amour s’en mêle, sous les traits de Thomas, qui multiplie les conquêtes féminines, le quotidien devient carrément… houleux ! Réussira-t-elle à créer un bonheur à deux et une famille recomposée harmonieuse, à affronter les rébellions d’une adolescente et le machiavélisme d’une ex-femme ?"

http://www.edkiro.fr/entre-parentheses.html

Ce roman connaît déjà un grand succès. Personnellement, je l'ai dévoré ! J'aime sa manière d'écrire, de nous plonger dans son histoire, de décrire les personnages, les paysages... Rachel ressemble à Cathy ? Un peu...

Je vous "conjure" d'acheter ce livre et de l'offrir autour de vous, vous ne pourrez jamais le regretter ! Et, comme je suis liée intimement avec l'auteure, je peux vous dire que la suite est... pour très bientôt ! Moi, je languis de la lire !...

Page Facebook : https://www.facebook.com/pages/-Entre-parenth%C3%A8ses-Cathy-BOHRT-%C3%89ditions-Kirographaires/219789274731469